La montagne apparaît vers 1000 m d'altitude, lorsque le système d'érosion passe du système fluvial au système périglaciaire. La limite inférieure de la forêt montagnarde se situe au niveau de la Chênaie pubescente (soit 1000 à 1200 m), quant à sa limite supérieure elle correspond à l'altitude extrême atteinte par le Hêtre (1600 à 1700 m), essence caractéristique de la forêt montagnarde. En effet, l'étage montagnard est essentiellement représenté par la Hêtraie sapinière, bien que l'Epicéa et le Sapin pectiné puissent apparaître dans sa limite supérieure, principalement sur les versant peu ensoleillés (ubac). Le Pin sylvestre est quant à lui très présent dans les zones intra-alpines. Entre 1700 et 2300 mètres, la forêt montagnarde laisse place à la forêt sub-alpine, ce qui est marqué par la disparition des feuillus. Les essences représentatives de cette forêt sont le Sapin et l'Epicéa en ubac, le Mélèze en adret (essence à épines caduques appréciant particulièrement l'ensoleillement) pour laisser place aux Rhodoraies (landes à arbrisseaux) dans sa partie supérieure. Dans les Alpes internes, la forêt sub-alpine est essentiellement représentée par le Mélèze et le Pin cembro. Le Pin à crochet prédomine quant à lui dans l'étage sub-alpin au niveau des zones de transition entre les Alpes du Sud et du Nord. Le Pin sylvestre, très représenté dans l'étage intra-alpin montagnard, est très peu exigent en terme écologique, c'est pourquoi il se retrouve au niveau de l'étage sub-alpin des Pré-alpes où il est très disséminé (”sub-alpin chauve”). La limite entre l'étage sub-alpin et l'étage alpin est essentiellement due aux facteurs dégradants altitudinaux : les sols sont plus pauvres (roche mère siliceuse très superficielle, ranker) par rapport aux sols bruns collinéens et montagnards; les ressources hydriques plus rares et les températures très basses (présence de l'isotherme 0°C). Se sont des zones dites “de combat” au niveau desquelles les arbres peinent à croître et présentent généralement un port “en drapeau” sur les versants venteux. Les forêts montagnarde et sub-alpine abritent une flore riche, ainsi que de nombreuses espèces protégées : Sabot de Vénus, Petite pyrole, Clématite des Alpes, Orchis moucheron, Ancolies et Lycopodes entre autres. Elle est l'habitat du Cerf et du Chamois. Elles acceuillent également le Tétras lyre, le Grand tétras, la Gélinotte des bois, les Pic noir et tridactyle, le Hibou grand duc, la Chevêchette d'Europe, le Bec-croisé des sapins et le Cassenoix moucheté pour les plus représentatifs.
[./assopag.html]
[./ecocitoyennetepag.html]
[./photospag.html]
[./contactez_nouspag.html]
[./liens_assopag.html]
[./espace_membrepag.html]
En Rhône-Alpes, la forêt couvre un peu plus de 33% du territoire, soit un taux de boisement supérieur à la moyenne nationale de 27%. La forêt rhône-alpine est en outre la seule à abriter toutes les essences nationales, d'où la nécessité de mettre en place une gestion conservatoire durable. Les forêts sont des écosystèmes complexes divisés en strates : la strate arborescente formant la canopée, la strate arbustive comprenant les jeunes pousses (on parle de recrutement) et les espèces d'arbustes ligneuses et semi-ligneuses, la strate herbacée composée des herbes rases (herbacés, graminés entre autres) et enfin la strate muscinale (champignons et bois morts en décomposition). Sur un sol nu, les premières espèces qui colonisent sont les espèces herbacées, assurant la mise en place d'un sol favorable aux arbustes. Les arbustes vont à leur tour permettre l'apparition des essences arborescentes (effet “nurse”) qui formeront à terme la canopée de la forêt climacique (le climax est le stade mature de l'écosystème forestier). Au sein de la forêt climacique, les générations d'arbres se succèdent par le phénomène de recrutement, le bois mort joue un rôle essentiel dans la santé de la forêt et la biodiversité forestière (on parle d'”annexe secondaire” du sol). Les différentes essences forestières se répartissent en fonction des condition climatiques (latitude, altitude) et des propriétés du sol (hydromorphie, pH, épaisseur, qualité de l'humus). Les essences forestières diffèrent également en fonction de leur exposition (Adret ou Ubac). Ainsi, les écosystèmes forestiers sont constitués par des associations végétales (groupements d'espèces des différentes strates) caractéristiques des conditions climatiques et pédologiques du milieu. Outre leur rôle de réservoir de biodiversité, les forêts sont de véritables puits à carbone et produisent de grandes quantités d'oxygène. Elles sont en outre de véritables protections contre les risques naturels tels que les innondations ou les avalanches.
Menu déroulant Double-cliquez sur le menu pour ajouter et supprimer des éléments ou modifier leur apparence. Ces modifications seront apportées à toutes les pages.
Texte Double-cliquez sur le texte pour modifier son contenu.
Menu vertical Double-cliquez sur le menu pour ajouter et supprimer des éléments ou modifier leur apparence. Ces modifications seront apportées à toutes les pages.
Séparateurs Ces images sont superposées sur le menu. Elles peuvent être supprimées, remplaçées ou colorées différemment en changeant les couleurs du modèle.
Masquer l'aide L'icône “oeil” situé à droite des éléments sur l'onglet “Éléments” permet d'afficher ou masquer des éléments de la page en mode Édition.
Drapeaux Ces boutons peuvent être utilisés pour donner accès à d'autres versions du site. Vous pouvez supprimer ou masquer les images inutilisées en modifiant la propriété “Visible au départ”
Boîtes Ces images sont associées aux couleurs du modèle. Leur apparence peut être rapidement modifiée avec l'onglet “Couleurs du modèle” de la barre de sélection.
Arrière-plan Personnalisez la page en changeant l'image d‘arrière-plan. La couleur de la page peut aussi être changée en modifiant les propriétés de page.
Drop Menu Double-click on the menu to add and remove elements or modify their style. These modifications will be effective on all pages.
Text Double-click on the text to modify its content.
Vertical Menu Double-click on the menu to add and remove elements or modify their style. These modifications will be effective on all pages.
Separators These images are placed over the menu. They can be removed, replaced or colored by changing the template colors.
Hide Help Boxes The eye icon located right to elements on the “Elements” tab shows or hides elements and groups in Edit mode.
Flags These buttons can be used to give access to other sections of the site. You can delete or hide unused items with the “Visible at start” property.
Color Boxes These images use the predefined template colors. You can easily modify their settings using the “Template colors” tab of the selection toolbar.
Background Image Customize the page with your own background image. The page color can also be changed with the page settings.
Forêts alluviales...
Forêts collinéennes...
Forêts montagnardes et sub-alpine...
Essentiellement caducifoliée, la forêt collinéenne commence là où la forêt alluviale prend fin, généralement progressivement avec disparition des espèces de bois tendre et apparition des espèces de bois “dur” tels que le Frêne, l'Erable et le Chêne. C'est essentiellement la ressource hydrique qui va définir la limite de répartition des essences de bois dur, soit l'apparition de la forêt colinéenne, généralement à partir de 300 m d'altitude dans l'Eco-région Rhone-Alpes. Située sur les coteaux secs ou les versants de vallées jusqu'à 1300m (variable en fonction de l'exposition), les essences de la forêt collinéenne varient principalement en fonction de l'ensoleillement, de la teneur en eau du sol et de son pH. Ainsi, les essence rencontrées à basse altitude, à la limite de la forêt alluviale, sont généralement le Frêne élevé, l'Erable champêtre, le Peuplier tremble ainsi que le Chêne pédonculé. Le Bouleau pubescent se rencontre également sur sol hygrophile mais se cantonne aux zones de tourbière et forêts fraiches d'altitude. Lorsque les ressources en eau se raréfient ces essences laissent place à des espèces plus xérophiles telles que le Chêne sessile, le Charme ou les Erables plane et sycomore. Concernant le pH du sol, les espèces calcifuges (acidophiles) sont essentiellement représentées en Rhône-Alpes par le Chataignier, qui, pourtant hygrophile, peut se retrouver sur un fort gradient altitudinal (les sols acides argileux présentant de bonnes capacités de rétention hydrique). L'association végétale prédominante dans la forêt collinéenne de moyen altitude est la Chênaie-charmaie. Dans le sud de la région, ces essences disparaissent généralement au profit d'espèces plus xérophiles telles que le Chêne vert ou l'Olivier. Les résineux sont peu représentés dans la forêt collinéenne, bien que l'on puisse observer l'incursion de Pin sylvestre et de Sapin pectiné associés au Chêne ou au Chataignier. Le Hêtre fayard peut se rencontrer en forêt collinéenne, espèce sciaphile, il est largement plus représenté en forêt montagnarde. Les forêts collinéennes abritent une faune et une flore diversifiée: Chouette hulotte, Epervier, Hibou moyen-duc, Pic épeiche, Faisan de colchide, Sitelle torchepot et Geai des chênes entre autres oiseaux; Tircis et Gamma entre autres rhopalocères. Elles représentent les principaux lieux d'hivernages de nombreux amphibiens tels que la Grenouille agile, le Crapaud commun et le Triton alpestre. Elle est également l'habitat du Blaireau, de la Martre, de l'Ecureuil, du Chevreuil et du Sanglier. La strate herbacée collinéenne acceuille en outre une flore diversifiée : Lathrée écailleuse, Moschatelline, Groseiller sauvage, Mélitte à feuilles de mélisse, Rosier des champs, Laîche des bois.
En image ...
[./homepag.html]
[mailto:postmaster@patrimoine-sauvage.com]
[./milieux_naturelspag.html]
[./milieux_humidespag.html]
[./pelouses_seches_et_humidespag.html]
[./mileux_forestierspag.html]
[./milieux_alpinspag.html]
[./atteintes_aux_milieuxpag.html]
[./exploitation_ressourcespag.html]
[./production_energiepag.html]
[./amenagementpag.html]
[./organismes_de_gestionpag.html]
[./mesures_de_protectionpag.html]
Les milieux forestiers
Les milieux alluviaux sont colonisés par les forêt de bois “tendre”, principalement représentés par les aulnes, les saules et les peupliers (salicacés et bétulacés). Ces forêt se situent en bordure des systèmes alluviaux, soit en bordure des cours d'eau et de ses annexes secondaires (lônes, bras morts). Les forêt alluviales se disposent aussi naturellement autour des zones d'affleurement de la nappe phréatique, des lacs et des zones de résurgence de source. Ces peuplements forestiers se caractérise par une tolérance importante aux variations du niveau de la nappe et aux variations épisodiques de la morphologie du substrat, conditionné par les grandes crues (crues morphogènes) des cours d'eau. Les essences la constituant sont fortement hygrophiles et ont des capacités de reproduction végétative et de régénerescence importante (Salicacés essentiellement). En outre, les essences alluviales sont généralement peu nitrophiles, se contentant de sols pauvres grâce à une symbiose courante avec des bactéries du sol : ce sont des espèces pionnières. Le phénomène de fermeture des milieux humides (marais, prairies humides) tend naturellement à la formation des forêts alluviales. Cette chronologie est fortement perturbée depuis 50 ans par le drainage des zones humides et la chenalisation des cours d'eau (fragilisation de l'hydromorphologie des cours d'eau, stabilisation des bancs d'alluvions au profit des espèces invasives et des essences de bois dur tels que le Frêne ou le Chêne). La forêt alluviale, jouissant d'une extraordinaire biodiversité du fait de son contact avec les cours d'eau, constitue l'habitat d'espèces patrimoniales telles que la Loutre d'Europe, le Castor, le Héron cendré ou encore le Cincle plongeur, le Troglodyte mignon, le Martin pêcheur et le Crossope d'Europe. Elle participe en outre à la diversification des habitats au sein des grands cours d'eau par le biais des embâcles ( amas de bois mort semi-immergé).
Passez sur le nom de l'espèce pour la faire apparaître !
[Web Creator] [LMSOFT]